26 oct 2017 : Plénière du CJD Casablanca  »Finance participative, levier de développement de l’entrepreneuriat » – 26/10/2017

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis

Vous aimerez aussi...

Aziz Slaoui

« Au début un coin de découverte et d’échanges extra-professionnel entre dirigeants qui s’est ensuite transformé en un lieu d’apprentissage et de formation et devenu par la suite un groupe d’amis et même une deuxième famille »

Laila Barhdadi

« Le CJD est un espace où ... nous mettons du Coeur dans ce que nous entreprenons ... nous travaillons dans la Joie et la bonne humeur ... pour contribuer au Développement de nos entreprises et celui de notre pays »

Hassan Charraf

« Etre au CJD, c'est avoir la possibilité de glisser petit à petit de l'entrepreneur qui vit la performance globale en entreprise à l'Homme avec un grand F qui milite pour les causes justes à l'échelle planétaire et pour l'humanité entière. Bref, à être porteur de sens et d'espoir »

Hazim Sebatta

« Le CJD est avant tout un espace de rencontre. C’est là où j’ai rencontré mes amis, sincères, vrais et avec qui je partage mes valeurs. Partant de là, c’est une communauté où sont ainsi assurées la bienveillance et la confidentialité des échanges grâce auxquels le JD fait progresser sa performance et celle de son entreprise. Enfin, le CJD est un mouvement qui porte la voix du libéralisme responsable, engagé et citoyen. »

Fatim Zahra Ettalbi

« Lorsqu’on prend du recul et que l’on voit la forêt au lieu de l’arbre ; lorsqu’on prend conscience de ce que l’on est et de ses besoins en tant que dirigeant, soudainement la vision du chemin devant soi devient plus claire… le CJD est pour moi un accélérateur : d’abord de développement personnel, mais aussi et surtout de l’entreprise, par ricochet ».

Philippe Karim Charot

« Le CJD m’a permis de rompre la solitude du chef d’entreprise en partageant mes problèmes quotidiens avec d’autres entrepreneurs. Ces échanges et partages d’expérience sont très enrichissants pour le business de chacun. »


Nawfal Tounsi

« Ah le CJD! Ce virus que j'ai contracté à Marrakech en 2006, me donne la force de rester ambitieux dans ma vie professionnelle. C'est le seul mouvement qui te permet de te ressourcer, et de rencontrer d'autres dirigeants qui te donnent la force d'affronter les épreuves professionnelles, et parfois même personnelles. Vive le CJD et ses Hommes avec un grand "F"»