Notre ambition 2019-2021

Thème du mandat 2019 – 2021

« ENTREPRENDRE ENTRE RÊVE ET ENGAGEMENT »

Depuis sa création, le CJD a su garder son initiale vocation, celle de mettre l’économie au service de l’Homme et non pas le contraire. Atteindre cette finalité passe forcément par le changement des paradigmes régissant l’économie et les mentalités de tous les acteurs.

En phase avec ce crédo, nous pensons que « Entreprendre » doit être un acte responsable et citoyen qui prend en compte les intérêts de toutes les parties prenantes. Pour ceci, le CJD prône la performance globale. Globale, car l’entreprise doit mettre en œuvre ses stratégies en englobant les aspects économique, social, sociétal et environnemental.

Notre thème de mandat n’est pas anodin, nous l’avons formulé ainsi, car nous pensons que tout acte d’entreprendre commence par un « Rêve ». Le rêve qui signifie « Images produites pendant le sommeil et résultant de l’activité psychique », signifie aussi l’idéal à atteindre. Ce terme apparu en XVIIème siècle (1674) « n’est pas dénué de sens ni absurde » selon le fondateur de la psychanalyse Sigmund FREUD. Encore plus, le rêve, selon d’autres, pourrait être indispensable pour rétablir l’équilibre psychologique des êtres humains (Carl Gustav Jung). Nous parlons essentiellement du rêve créatif, celui qui peut amener la personne à se surpasser, à accomplir des exploits et à réaliser des choses inattendues et non pas des hallucinations ni de la rêverie, lesquels ont une connotation péjorative.

Malgré que certains neurobiologistes affirment que le rêve est un troisième état du cerveau aussi différent du sommeil que celui de l’éveil, nous avons la profonde conviction qu’il ne faut pas rester trop longtemps dans cet état et « se réveiller » afin de passer à l’étape suivante celle de
l’ « Engagement ».

L’engagement signifie, d’abord, qu’on doit faire des choix. Ensuite, l’individu doit s’impliquer activement et passer à l’action pour concrétiser son rêve. Enfin, il doit être en mesure d’assumer la responsabilité de ses actes et répondre des conséquences que ses activités et ses produits ont causées. Sortir de cette zone de l’égocentrisme et de la recherche de ses intérêts propres au détriment de ceux de toutes les autres parties prenantes y compris la nature est pour nous le principal paradigme à abolir, si nous voulons laisser aux générations futures un monde meilleur sans compromettre leur chance à vivre une vie paisible et garante de dignité.

Aziz Slaoui

« Au début un coin de découverte et d’échanges extra-professionnel entre dirigeants qui s’est ensuite transformé en un lieu d’apprentissage et de formation et devenu par la suite un groupe d’amis et même une deuxième famille »

Laila Barhdadi

« Le CJD est un espace où ... nous mettons du Coeur dans ce que nous entreprenons ... nous travaillons dans la Joie et la bonne humeur ... pour contribuer au Développement de nos entreprises et celui de notre pays »

Hassan Charraf

« Etre au CJD, c'est avoir la possibilité de glisser petit à petit de l'entrepreneur qui vit la performance globale en entreprise à l'Homme avec un grand F qui milite pour les causes justes à l'échelle planétaire et pour l'humanité entière. Bref, à être porteur de sens et d'espoir »

Hazim Sebatta

« Le CJD est avant tout un espace de rencontre. C’est là où j’ai rencontré mes amis, sincères, vrais et avec qui je partage mes valeurs. Partant de là, c’est une communauté où sont ainsi assurées la bienveillance et la confidentialité des échanges grâce auxquels le JD fait progresser sa performance et celle de son entreprise. Enfin, le CJD est un mouvement qui porte la voix du libéralisme responsable, engagé et citoyen. »

Fatim Zahra Ettalbi

« Lorsqu’on prend du recul et que l’on voit la forêt au lieu de l’arbre ; lorsqu’on prend conscience de ce que l’on est et de ses besoins en tant que dirigeant, soudainement la vision du chemin devant soi devient plus claire… le CJD est pour moi un accélérateur : d’abord de développement personnel, mais aussi et surtout de l’entreprise, par ricochet ».

Philippe Karim Charot

« Le CJD m’a permis de rompre la solitude du chef d’entreprise en partageant mes problèmes quotidiens avec d’autres entrepreneurs. Ces échanges et partages d’expérience sont très enrichissants pour le business de chacun. »


Nawfal Tounsi

« Ah le CJD! Ce virus que j'ai contracté à Marrakech en 2006, me donne la force de rester ambitieux dans ma vie professionnelle. C'est le seul mouvement qui te permet de te ressourcer, et de rencontrer d'autres dirigeants qui te donnent la force d'affronter les épreuves professionnelles, et parfois même personnelles. Vive le CJD et ses Hommes avec un grand "F"»